L'achat professionnel pour les pros !
Pour les responsables de flotte automobile d’entreprise, plusieurs options sont disponibles pour constituer un parc adapté et aux meilleurs tarifs possibles. À ce titre, le leasing rencontre un grand succès et ce mode de consommation a l’avantage de doter l’entreprise de véhicules neufs sans avoir à se soucier de leur revente. Voyons en quoi ce dernier constitue une solution pertinente pour les entreprises aujourd’hui.

Les différentes catégories de leasing

Pour les entreprises se tournant vers ce mode de gestion, ces dernières payent un forfait mensuel pour l’utilisation des véhicules. La particularité est qu’elles n’en sont pas propriétaires. Dans ce cas précis, c’est l’organisme bancaire qui est chargé du financement de l’opération et qui est, par conséquent, détenteur de ces véhicules.

Le montant forfaitaire dont s’acquitte la société pour la location de sa flotte auto se base sur le kilométrage annuel autorisé ainsi que sur la durée de location. Le tarif dépend également des services associés et stipulés sur le contrat (maintenance, entretien, assurance, etc.). Le responsable de flotte devra choisir selon deux régimes de location: la location longue durée (LLD) et la LOA (location avec option d’achat).

La location longue durée

La LLD est l’option à privilégier pour éviter les mauvaises surprises. Qu’il s’agisse de son entretien, de son coût d’usage ou encore des réparations éventuelles, tout est stipulé sur le contrat de location. Aux termes du contrat, l’entreprise doit restituer les véhicules concernés en vue de leur revente sur le marché de l’occasion.

Les échéances mensuelles s’effectuent sur une période connue à l’avance et de l’ordre de 24 à 48 mois en moyenne. Dans le cadre d’un contrat LLD, le dépassement d’un kilométrage maximal générera un malus forfaitaire.

La location avec option d’achat

La LOA possède sensiblement les mêmes modalités que la LLD (plafond kilométrique, paiement d’un loyer mensuel, etc.) mais a une particularité de taille: l’entreprise peut, à l’issue du contrat de location, racheter les véhicules et devenir dès lors propriétaire de ceux-ci.

Pour cela, il faudra que l’entreprise paie le prix de rachat qui figure dans le contrat et auquel il faut soustraire tous les loyers déjà acquittés. Autre spécificité de la LOA, tous les services annexes ne sont pas compris dans le contrat.

Quelle solution choisir entre LOA et LLD?

Pour déterminer quelle est l’option la mieux adaptée aux activités de l’entreprise, le responsable de flotte ne doit pas hésiter à comparer les coûts des deux types de contrat en se basant sur les paramètres clés: kilométrage envisagé, durée de la location, montant des mensualités, services associés, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.